Les défis de la traduction en simultané pour les conférences

Au Québec et au Canada, les gens qui ne parlent que français font face à un défi de taille. En effet, la majorité des recherches et des innovations se font en anglais. Lorsque des sommités viennent au Québec pour présenter de l’information dans des congrès, les gens ne parlent pas ou très peu l’anglais. Les organisateurs de ces congrès doivent donc engager des interprètes pour traduire simultanément le message. Ces interpètes-traducteurs doivent traduire rapidement tout en conservant le sens de l’idée transmise par le conférencier.

De plus en plus de gens veulent utiliser la technologie comme des applications pour faire ce travail. Le défi est que ces applications vont souvent détruire ou modifier le sens du message transmis par le conférencier. Les interprètes-traducteurs doivent même connaître le jargon de l’industrie dans les deux langues pour rendre le message compréhensible.

Par exemple, récemment, un conférencier des États-Unis  est venu à Montréal pour parler de Search Engine Optimization ou SEO connu sous le terme référencement web naturel. Sans les connaissances de base de la terminologie en français et en anglais pour cette profession, la traduction en simultanée n’aurait pas été possible.

Le traducteur connaissait donc la terminologie qu’un expert en référencement web/SEO de Montréal utilise. En effet, la situation géographique apporte de grandes différences. Par exemple, les expert de Montréal n’utilisent pas nécessairement la même terminologie que ceux de Paris. Cette conférence a donc été un succès dû à ces subtilités!

Voici une vidéo humoristique qui fait un petit clin d’oeil aux problèmes que peuvent occasionner une mauvaise traduction en simultané.

L’avantage d’être bilingue au Québec

Parler en français est certainement un avantage en amérique du nord à condition de parler aussi anglais. La richesse du français jumelée au fait de pouvoir parcourir des documents dans les deux langues donne un avantage de taille sur le marché du travail. Ceci s’adresse à tous les états et provinces mais particulièrement au Québec.

Le défi du Québec est que trop de gens qui y vivent ne parlent que français et ils sont donc isolés du reste de leurs voisins canadiens et américains. Cette réalité fait en sorte que le Québec a souvent beaucoup de retard dans des domaines contrôlés presque excusivement par le gouvernement comme, la santé et l’éducation.

Les études prisent pour implanter des pratiques doivent trop souvent provenir du Québec plutôt que d’ailleurs, ce qui engendre un grand retard dans les pratiques.

Par exemple, la médecine fonctionnelle aux États-Unis est quasi inexistante au Québec pour le Collège des Médecins. Donc de voir les tests comme ce vidéo est de la folie au Québec pour un médecin ou une infirmière.

Il est compréhensible de vouloir protéger le français dans des sociétés où il est menacé mais ceci ne se produit pas lorsqu’un peuple est unilingue français. Ce qui est le plus spécial de la situation québécoise est que ceux qui ne parlent pas anglais sont très souvent ceux qui maitrisent le moin bien la langue française tant sur le plan de l’écrit que sur le plan oral…